Mutuelle étudiant : Quelles sont les démarches à effectuer à la fin des études ?

Quitter sa vie estudiantine et passer à la vie active ne se fait sur coup de baguette. Il nécessite de longues démarches administratives dont le passage de la « mutuelle étudiante » au régime général de la Sécurité sociale. En effet, vers la fin de ses études universitaires, un étudiant doit changer sa mutuelle étudiante en assurance maladie de son lieu de résidence. C’est une procédure obligatoire s’il veut continuer à bénéficier d’une assurance maladie dans sa vie active. Pour ce faire, il doit renvoyer un formulaire accompagné des justificatifs à l’Assurance maladie.

Mutuelle étudiant : Rappel

Tout étudiant d’un établissement supérieur est dans l’obligation de s’affilier à la sécurité sociale étudiante aussi appelée mutuelle étudiante. Cette garantie permet de profiter du remboursement des soins en cas de maladie ou de maternité durant l’année scolaire. Elle est renouvelable à chaque rentrée universitaire pour que l’étudiant puisse continuer à bénéficier de ses droits.

Sujet a lire : Mutuelle santé familiale : les points à relever

Les démarches à effectuer

Dans le cadre du plan étudiant annoncé le 30 octobre 2017, le gouvernement avait une ambition qui était de rattacher tous les nouveaux étudiants au régime général de la Sécurité sociale, dès l’année 2018. Celle-ci s’est concrétisée et a permis aux nouveaux inscrits à la rentrée 2018-2019 de ne plus effectuer de changement au moment de leur passage à la vie active. Mais il est à noter que cette démarche est tout aussi valable pour les étudiants qui se sont inscrits avant cette année. Pour le transfert un étudiant doit alors :

  • Contacter l’Assurance maladie
  • Remplir un formulaire à retourner à la CPAM

Contacter l’Assurance maladie

Au moment de quitter l’université, l’étudiant doit changer de sécurité sociale car il a changé de statut. Tout comme ses parents, il sera affilié à la caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM) de son lieu de résidence. Il peut en retrouver plusieurs pour chaque département. Alors, il doit utiliser l’outil de l’assurance maladie « Entrée dans la vie active » pour connaitre la sienne.

En parallèle : Les prises en charge des mutuelles santés face au Coronavirus

Ainsi, qu’il soit déjà employé ou encore à la recherche d’un travail, à la fin de l’année universitaire, il doit contacter la CPAM dont il dépend pour procéder à toutes les démarches de transfert.

Remplir le formulaire à retourner à la CPAM

Pour être rattaché à la CPAM, il convient à l’étudiant le remplir le formulaire n°750 intitulé « Demande de mutation », qu’il peut télécharger sur un site ou retirer dans n’importe quelle CPAM. Il doit y déposer les renseignements suivants :

  • La situation actuelle (salarié, en recherche d’emploi…)
  • La situation passée (étudiant)
  • La photocopie de la carte d’identité ou passeport
  • Le contrat de travail (s’il est déjà employé)
  • L’avis de décision délivré par l’assurance chômage (S’il est encore chômeur)
  • Un relevé d’identité bancaire (RIB) (Les remboursements des soins sont à joindre au formulaire)

Enfin, il doit renvoyer ce formulaire à la CPAM de son département. Au cas où il aurait des questions, il pourra toujours contacter l’Assurance Maladie au 36 46. Et s’il a déjà un emploi ou encore en recherche, il n’est plus soumis à autre démarche supplémentaire, il lui suffit juste d’en informer l’Assurance maladie.

Conseils pour trouver une mutuelle pas chère

Vous envisagez de souscrire une mutuelle étudiant, une mutuelle retraité, une mutuelle adulte sans enfant ou encore une mutuelle famille ? Vous souhaitez en même temps faire des économies sur votre complémentaire santé ?  Alors, c’est possible. Pour trouver une mutuelle pas chère, voici nos conseils.

Quels conseils pour trouver une mutuelle pas chère ?

Lors de la recherche de l’assureur, on vous conseille de comparer les offres de complémentaire santé existantes. N’hésitez pas à passer votre chemin si vous trouvez que les clauses du contrat ou le prix qui y est mentionné ne vous conviennent pas. Pour dénicher la meilleure offre de mutuelle pas chère, pensez à demander quelques devis. Vérifiez et comparez les garanties proposées dans chaque devis. Comparez également les plafonds de remboursement, les délais de carence, les franchises et les services associés.

Outre cela, informez-vous régulièrement sur les offres proposées par les compagnies d’assurance à tous les nouveaux souscripteurs. Celles-ci peuvent être des réductions en pourcentages, un mois de cotisations gratuites, services additionnels, etc.

Quels conseils pour payer moins cher sa mutuelle santé ?

Si vous êtes déjà couvert par une assurance étudiant, ou par tout autre type de complémentaire santé, il existe des astuces vous permettant de réduire votre cotisation, sans pour autant réduire vos garanties.

Si vous êtes déjà inscrit auprès d’un assureur depuis plusieurs années, faites-le lui savoir. Vous devez être à même de prouver que vous êtes fidèle et loyal pour pouvoir bénéficier d’un rabais sur votre cotisation. Il est à préciser qu’une telle négociation ne marche pas chez tous les assureurs.

L’autre conseil pour réduire sa prime de mutuelle est de la payer annuellement. En effet, les cotisations qui sont versées annuellement sont 10% moins chères que les cotisations versées par mois.  Cela vient de la réduction du frais de gestion.

Enfin, certaines compagnies d’assurance proposent à leurs clients des primes moins chères par le biais du parrainage. Le procédé consiste à recommander la mutuelle santé à des proches. En retour, vous bénéficiez de réductions sur vos cotisations.

Quels sont les critères qui font varier le prix d’une mutuelle étudiant ?

Le prix d’une mutuelle étudiant tourne autour de 400€ par an. Nombreux sont les facteurs qui font varier ce prix, comme :

  • Votre profil, comme l’âge, le sexe, et les autres critères fixés par l’assureur ;
  • Zone géographique : les risques d’avoir des dépassements honoraires et ainsi des primes plus élevées sont plus élevés dans la région parisienne, dans la région Provence Alpes-Côtes d’Azur et dans la région Hauts-de-France ;
  • Les garanties choisies : plus la liste des garanties est longue, plus la couverture coûte plus chère.